Le laboratoire

HT2S perpétue deux filiations scientifiques du Cnam, qu'il fait converger dans les activités du laboratoire, dans sa participation à la communauté Hésam, en particulier dans les Labex HASTEC et CAP, à l’IFRIS, ainsi que dans le projet éditorial qu’il pilote depuis 2014, les Cahiers d’histoire du Cnam.

HT2S est d’abord le successeur du Centre de documentation en histoire des techniques et de l’environnement du Cnam (CDHTE), fondé par Maurice Daumas. En ceci, le laboratoire accompagne la transformation de l’histoire des techniques d’une perspective internaliste à une approche socio-historique des technologies. La question de la circulation/diffusion des savoirs, posée à l’histoire et à la culture scientifique et technique, est une problématique centrale, bénéficiant d’un lien avec Musée des arts et métiers.

Cette mission d’études historiques et culturelles des sciences et des techniques à partir de l’ère industrielle jusqu’à l’histoire la plus récente s’ancre dans un nouveau partenariat autour d’un Master Erasmus Mundus Techniques, Patrimoine et Territoires de l’industrie (TPTI) co-dirigé avec le CHT/ CETCOPRA de l’Université Paris 1.

HT2S est également l’héritier du centre STS fondé par Jean-Jacques Salomon, équipe pédagogique du Cnam ayant initié en France les études en Sciences-Techniques-Société (analyse des politiques de recherche et d’innovation, socio-histoire des techno-sciences), qui occupent un champ interdisciplinaire (sociologie, information-communication, anthropologie, sciences politiques).

Les formations en Licence, Certificat et Magister du Cnam, portées par l’équipe « Sciences Techniques Société » formée des enseignants du laboratoire, au sein de l’EPN « Innovation » du Cnam, assurent le transfert pédagogique de ces recherches en complémentarité avec des problématiques de culture scientifique et technique.

Le projet scientifique s’est consolidé tout en évoluant depuis la fondation d’HT2S en 2012, qui a depuis trouvé son identité propre sans renier ses filiations et l’appartenance à un milieu scientifique propre au Cnam. Les recherches s’organisent autour d’études sur les formes historiques et contemporaines de la circulation, du transfert et de la co-production des savoirs et des connaissances en société. Son domaine thématique privilégié est circonscrit par les technosciences, à savoir le champ de l’innovation scientifique où les techniques jouent un rôle opérationnel et épistémologique prégnant, et le contexte social et technologique des sciences. Ainsi, les objets privilégiés par les chercheurs du laboratoire sont :

  • Les techno-sciences, entre artefacts et milieu
  • Le patrimoine scientifique et technique
  • L'environnement et le territoire
  • Les cultures, savoirs, et usages des champs scientifiques et techniques
  • Les politiques publiques de l'innovation

Sous le terme générique d’études des sciences et des techniques, le laboratoire explore ainsi les conditions sociales de la création des savoirs scientifiques, dont les formes discursives, normes ou argumentations au regard de son épistémologie, comme de sa communication. Son positionnement face à ce domaine d'étude prend quatre formes principales :

  • l’étude historique et sociologique des sciences et techniques postérieures à la révolution industrielle et au tournant technoscientifique, à travers l’exploration des formes de production, de diffusion et de réception des savoirs technoscientifiques ;
  • une approche commune de l’étude des sciences et des techniques par l’exploration des conditions sociales de la création des savoirs scientifiques.
  • une démarche interdisciplinaire engageant les savoirs des sciences expérimentales et des sciences humaines et sociales ;
  • une recherche tournée vers des formes sociales d’application, d’expérimentation, d’intervention du travail scientifique et de la circulation (diffusion) des savoirs et cultures techniques ou scientifiques, que l’on peut résumer sous la forme de la « responsabilité sociale » du chercheur.
Cette approche s’inscrit pleinement dans les directions actuelles de la section 72 du CNU, « Études sociales et anthropologiques et études cognitives sur les sciences et techniques, Histoire de l’enseignement et diffusion des sciences et des techniques ». Les recherches adoptent une démarche interdisciplinaire engageant lorsque nécessaire les savoirs des sciences expérimentales et des sciences humaines et sociales, faisant écho au programme de la CID du CNRS (53) « Méthodes, pratiques et communications des sciences et des techniques ».